Herpès et Alzheimer

HERPES, le virus responsable de la maladie d’Alzheimer ?

D’après un article paru dans FUTURA SANTE, des chercheurs et praticiens attirent l’attention sur la possibilité que la maladie d’Alzheimer soit liée à des virus et bactéries. Notamment, ils mettent en avant des preuves troublantes reliant la maladie à l’infection par le virus de l’herpès.

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative caractérisée par un déclin des capacités, particulièrement de la mémoire. On observe, dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, des dépôts de peptides qui forment des plaques. Mais ces plaques dans le cerveau sont elles la cause de la maladie, ou des conséquences de la maladie ?

Les chercheurs suggèrent que la piste infectieuse a été trop longtemps ignorée. Après l’étude de travaux, ils ont découverts que les malades d’Alzheimer sont très souvent porteurs du virus de l’herpès.

Les premières observations du virus de l’herpès dans le cerveau des patients datent d’une trentaine d’années. Ce virus de l’herpès peut entrainer des dommages dans le système nerveux et il s’attaque aussi au système limbique qui entre dans le contrôle des émotions mais aussi dans le fonctionnement de la mémoire.

Dans leur article, ils listent les différents résultats indiquant le caractère infectieux de la maladie d’Alzheimer. Beaucoup de virus sont présents dans le cerveau de la plupart des personnes âgées. Ils sont le plus souvent dormants.

En résumé, les chercheurs proposent comme théorie que des agents infectieux comme celui de l’herpès, atteignent le système nerveux central où ils restent latents. Ils pourraient être réactivés au cours du vieillissement, lorsque le système immunitaire décline. Les dommages causés par l’action du virus et son inflammation conduiraient à un dysfonctionnement synaptique, une perte des neurones et au final, à la maladie d’Alzheimer.

La formation des plaques dans le cerveau serait un mécanisme de défense.

Les essais des médicaments contre la maladie d’Alzheimer se sont soldés par des échecs. Ces chercheurs suggèrent maintenant que des antiviraux et antimicrobiens soient essayés.
Le plus simple quand même avant d’en arriver là, serait simplement d’entreprendre de soigner l’herpès avant d’être trop vieux…